Archives de Catégorie: Uncategorized

Course à pied.ca a déménagé!

Course à pied.ca a changé d’hébergeur et est maintenant situé à l’adresse suivante : http://courseapied.ca

 

Offre spéciale XC Massif du Sud

Offre de dernière minute! Appel aux coureurs de trail qui serait intéressés à participer au XC du Massif du Sud ayant lieu cette fin de semaine. J’ai été faire le parcours du 10km (auquel je suis inscrit) et ça promet d’être un bon défi! Une montée qui sera un challenge, une vue de Bellechasse magnifique du sommet et une descente assez technique et enlevante. Des épreuves de 5 et 21 km sont aussi disponibles. Des navettes quitterons de Québec et Lévis pour se rendre au site le samedi matin. Pour plus d’informations http://raidmassifdusud.com/programmation/courses-en-sentiers/ (voir document guide du coureur pour les navettes). L’évènement est en parallèle d’un raid de vélo de montagne, animation, plaisir et amateurs de plein-air de toute sorte seront du rendez-vous à coup sûr!

L’offre spéciale!

Votre blog préféré et Le Raid du Massif du Sud offrirons un remboursement des frais d’inscription à un participant! Pour courrir la chance d’obtenir ce prix, après votre participation à l’évènement, envoyez un courriel à mathieu@courseapied.ca avec votre nom et l’épreuve à laquelle vous étiez inscrits. Un gagnant sera choisi au hasard dans la semaine suivant la course.

Au plaisir de vous y voir!

Mathieu

Comment bâtir son programme entraînement? Une série à suivre sur CAP.ca

C’est audacieux, ce sera difficile et certainement pas parfait. C’est une gros défi dans lequel je me lance avec plaisir : expliquer comment sont bâtis les plans d’entraînement. En ce moment, il existe plusieurs livres sur la course à pied. La plupart expriment de grands principes, quelques conseils, puis donnent des plans d’entraînement à suivre. C’est bien. Mon objectif avec cette série de billets qui s’étirera probablement tout au long de l’été, c’est expliquer la théorie qui se cache derrière les plans d’entraînement que l’on retrouve. Probablement que certains coachs vont me dire :

T’es fou?! Tu vas expliquer comment on bâti les plans d’entraînement et après on n’aura plus de secrets et on ne pourra rien vendre.

Ce n’est pas mon objectif. Voici les raisons qui me poussent à écrire cette série de billets :

  1. Partager mes connaissances et susciter la discussion autour de l’entraînement
  2. Vous donner les outils nécessaires pour évaluer les plans d’entraînement qui vous sont soumis et idéalement, pour que vous puissiez bâtir votre propre plan d’entraînement.
  3. Me pousser moi-même à parfaire mes connaissances

Indirectement, ce processus m’amènera aussi à justifier la construction des plans d’entraînement de Course à pied.ca. Avant de commencer le premier billet de cette série, je voudrais faire une recommandation : un plan d’entraînement conçu par quelqu’un d’autre, même s’il n’est pas parfait, vaut probablement mieux que pas de plan d’entraînement. Psychologiquement, suivre un programme d’entraînement est très stimulant et motivant, ce qui est son principal intérêt à mon avis.

Alors voici le chemin que je pense parcourir. Évidemment, puisque ce type de billet nécessite beaucoup de temps, je prévois en écrire un ou deux par semaine.

Alors, qu’en pensez-vous? Est-ce qu’il manque des sujets? Est-ce que ce sera utile pour vous?

Jack Daniels et l’entraînement

Voici un speech donné par Jack Daniels lors d’un évènement organisé par Saucony. J’ai adoré ce vidéo. Il parle avec passion (vous remarquerez que ce n’est pas un mot que j’utilise trop souvent, car je trouve qu’on en abuse) et avec beaucoup de plaisir. On voit que cet homme adore parler d’entraînement. Vous pouvez visionner les vidéos ci-dessous ou si vous êtes plus pressé, j’ai sorti ses citations les plus intéressantes plus bas.

 

Running, it’s unfortunate because 2 people can look the same, but they aren’t! Physiologically or biomecanicaly…

Someone asked me to do a speech about overtraining : avoid it.

If you can run a 5 minutes mile on 30k/week and that you can run a 5 minute mile on 60k/week, why would you run 60k? That is stupid!

Il faut par contre se mettre en contexte. M. Daniels est d’abord et avant tout un coach pour des athlètes d’élite. La peur du surentraînement ne devrait pas être présente chez quelqu’un qui  »court pour le plaisir ». Par contre, j’aime beaucoup son approche  »minimaliste » de l’entraînement: tant que tu t’améliores grâce à une certaine quantité d’entraînement, restes-y. Par contre, lorsque tu ne t’améliores plus, c’est le temps d’augmenter le volume d’entraînement / d’intensité.

De mon côté c’est ce que j’ai fait cette année. L’an dernier, j’ai couru jusqu’à 135km par semaine, alors que cette année, ma semaine maximale est de 100km. Jusqu’à maintenant, je progresse plus vite que l’an dernier, alors c’est bon signe!

Et puis, le jus de betterave?

Comme je l’ai expliqué dans mon article sur le jus de betterave, je me suis prêté au jeu et j’ai essayé d’améliorer mes performances en buvant du jus de betteraves. J’ai eu beaucoup de difficultés avec les 2 premières étapes de cette expérience:

– trouver le jus de betterave

– boire le jus de betterave

J’ai finalement réussi à en trouver chez Aliments Santé Laurier grâce aux conseils de Rino Lagacé. C’est cher! 5$ pour 500ml, c’est presque 10 fois plus dispendieux que de l’essence… J’ai donc acheté un litre de jus de betterave et je suis sorti du magasin.

Vendredi soir, je devais donc boire 500ml de jus de betterave. Juste en ouvrant la bouteille, une odeur me monte au nez et je comprend que je n’aurai d’autre choix que de verser le jus dans un verre de le  »caller » le plus rapidement possible afin d’éviter le goût. Sérieusement, ça goûte la terre mélangée avec du sucre. Je ne suis pas un amateur de betteraves, alors si vous aimez les betteraves, vous aimerez probablement le jus, ce qui n’est pas mon cas. J’ai quand même réussi à en boire 500ml vendredi soir et 250 ml samedi matin (la course était à 12h).

Malheureusement, je n’ai pas fait une vrai étude sur le jus de betterave et je ne peux pas confirmer que ça m’a aidé, car je n’ai pas isolé le facteur jus de betterave. Je n’ai pas beaucoup de temps de références à la course des pichous et les conditions météo influencent trop le résultat de cette course pour que je puisse affirmer que j’ai amélioré mon temps grâce au jus de betterave.  Par contre, je dirais que dans les premiers 10km je me sentais très en forme et pas du tout essoufflé. C’est vrai que je suis parti lentement, mais quand même, je me sentais extrêmement bien et je sentais que j’avais une réserve. J’avais l’impression de jogger, alors que j’étais réellement à ma vitesse de course.

Par contre, à partir du 10e km, j’ai commencé à me sentir beaucoup moins en forme. Est-ce que le jus de betterave arrête de faire effet à partir d’une certaine distance ou est-ce que je manquais simplement de volume d’entraînement? Probablement que les deux facteurs ont contribué à ma fin de course disons… difficile.

Bon ce n’était pas si pire, mais je m’attendais à être capable d’accélérer en fin de course, surtout que j’étais parti très conservateur. Ce ne fût pas le cas. J’aurais dû partir un peu plus vite. Les  road runners auraient dû mettre en ligne leur billet plus tôt! (Ils recommandent de partir vite à la course des Pichous).

Maintenant, la question que vous vous posez tous:

Dan, vas-tu reprendre du jus de betterave pour améliorer tes performances?

La réponse est : oui, sur de courtes distances. En attendant plus de littérature scientifique, je ne prendrai pas le risque d’avoir des problèmes gastriques pendant un marathon. Je crois que le risque ne vaut pas la peine. Par contre, sur 5km et 10km, j’en prendrai car je suis persuadé que le jus, s’il ne m’aide pas, ne me nuit pas. Alors, coureurs, à vos marques, prêts, buvez!

Choisir ses chaussures avec Runner’s World ou  » l’art de montrer qu’on évolue… sans le faire »

En regardant la page couverture du Runner’s World mars 2012, j’ai été étonné de voir dans un petit carré jaune:

New and Improved Shoe Guide.

Je suis tout de suite allé voir ce nouveau guide. Leurs tests de chaussures me semblent un peu mieux fait. Notamment, ils indiquent mieux la largeur et le fit de la chaussure avec des cartes 3d des chaussures. Ils ont aussi ajoutés plus de commentaires sur les modèles qu’ils ont particulièrement apprécié, probablement pour contrer les « reviews » qu’on trouve gratuitement sur plusieurs blogs. La cerise sur le sundae, le Shoe Finder:

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premièrement, on remarque que si quelqu’un n’était pas certain de choisir une chaussure plus minimale, il ne va pas changer d’idée avec ce tableau: on lui donne 3 « chances » de sauver sa vie et de choisir une chaussure traditionnelle.

La résistance au changement de cette revue est incroyable. On ne sait pas encore hors de tout doute que les chaussures plus minimales causent moins de blessures, par contre je suis persuadé que de classer les chaussures en « pronateur » « neutre » et « motion-control » ne sert absolument à rien (pour plus d’explications, allez voir l’article suivant: mythe 4: contrôler la pronation).

Ensuite, ils choisissent les chaussures en fonction de l’IMC. Je sais que c’est aussi ancré dans les moeurs que les coureurs plus lourds devraient prendre des chaussures plus coussinées, mais je ne vois pas pourquoi. Plus durable oui, plus coussinées, je ne pense pas.

Quant à la question « are you injury prone? », je pense que le meilleur conseil qu’on peut donner à quelqu’un qui se blesse souvent est: changes quelque chose et vas-y graduellement. Si une personne est toujours blessée en grosses chaussures, faisons-lui essayer quelque chose de plus minimale. Si quelqu’un est toujours blessé en chaussures minimalistes, faites lui essayer un peu plus de coussin. Donner du coussin parce que quelqu’un se blesse souvent, « ça pas rapport, men ».

En résumé, ils ont ajouté 3 chaussures minimalistes à leur guide et ont ensuite tout fait pour ne pas vous envoyer dedans. Belle façon de faire semblant d’être ouvert.

 

Ce que vous ne saviez pas sur l’équipe de course du Zimbabwe!

Hier, en regardant des vidéos de l’excellent coureur de demi-fond Hicham El-Guerrouj, je suis tombé sur un reportage où il court dans un championnat du monde de course à relais sur route (5 x 5000m). Il y a évidemment des Kenyans, des Éthiopiens, des Marocains (El-Guerrouj), mais il y a aussi l’équipe du Zimbabwe. Ils ne gagnent pas la course, mais ils courent quand même très vite (leurs 3 premiers 5000m sont fait en 14’18 » environ). Je vous donne une chance de deviner ce qu’ils ont de spécial. Avancez la vidéo à 0:55 et regardez bien:

Et oui, ils courent tous pieds nus!

Je tenais à vous le partager, car plusieurs coureurs de haut niveau répètent continuellement que les champions s’entraînent et courent avec des chaussures coussinées. Et bien, pas tous… La question qu’on peut se demander maintenant: courraient-ils plus vite s’ils couraient avec une chaussure très mince qui diminuerait le feed-back que leur donne la route et qui les empêche peut-être de courir plus vite.

L’objectif n’est certainement pas de recommander à tous de courir pieds-nu, simplement de montrer qu’il est possible de courir vite, pied-nu et que ce n’est probablement pas seulement une mode.

De retour le 3 janvier

Ça a été toute une première année pour Course à Pied.ca. Merci de votre support et de votre intérêt pour la course à pied. Comme vous avez pu le remarquer, on a pris un petit « break » pour le temps des fêtes, il faut bien relaxer un peu!

On vous prépare quelques nouveautés pour 2012, attachez vos bottines!

D’ici-là, voici nos 5 meilleurs posts de 2011… ou en tout cas, ceux qui ont le plus été vus!

1. Déterminer sa VAM facilement

2. VO2 Max, Vam et Pam, qu’est-ce que ça mange en hiver?

3. L’endurance: définition, mesure et applications pratiques

4. Que se passe-t-il lorsque je bois une gorgée de Gatorade?

5. Mythe 6: courir lentement pour s’améliorer

À l’an prochain!

Daniel, Fred et Math

Course à pied.ca vous gâte pour Noël!

Tout le monde le sait, Noël, c’est le temps des cadeaux. Chez Course à pied.ca, on voudrait vous faire un gros cadeau. Le genre de cadeau que vous trouverez pas ailleurs. Même le Père Noël accepterais pas de faire un cadeau comme ça. En gros, on vous offre… ce que vous voulez. Ou plutôt, on profite de l’occasion pour vous demander ce que vous avez le plus apprécié de nos premiers 6 mois d’existence et les chroniques que vous aimeriez voir l’an prochain. Ainsi, vous aurez votre cadeau de Noël tout au long de l’année 2012? C’est tu pas bioutifoul?

Pour remplir le sondage, vous n’avez qu’à cliquer sur l’image ci-dessous:

Au plaisir de lire vos commentaires!

 

 

 

Le wrap-up 5 meilleurs liens de la semaine en course à pied

Wow, j’arrive de courir 20km, quelle belle température pour courir. Environ -1 degré, soleil, pas de vent, des conditions idéales (à Québec en tout cas). Si vous n’y avez pas encore goûté, allez-y vous ne le regretterez pas.

 

Mes 5 meilleurs liens de la semaine:

Amby Burfoot à Runner’s world nous parle des règles qu’on devrait peut-être briser. Par exemple, faire des accélérations avant une course ou bien ne pas courir plus de 35 km à l’entraînement. Voilà des nouvelles idées pour des mythes à explorer 🙂

La fusée Verte se prépare pour le 50 miles du Vermont

Sebastien Côté organisera un trail dans Charlevoix, Super!

Alex Hutchinson : est-ce qu’on peut entraîner nos doigts et orteils à endurer le froid?

Reid Coolsaet va retourner s’entraîner au Kenya... Il m’a pas invité, je me demande pourquoi…?

Et vous, quels blogs lisez-vous ? Avez-vous des suggestions?