Archives de Catégorie: Minimalisme

Nous sommes dans l’enfance des chaussures minimalistes

La semaine dernière, un journaliste a écrit que la crise étudiante amènerait le Québec  »à maturité ». Je ne veux absolument pas parler du conflit étudiant ici, mais ça m’a fait réfléchir sur la conception des chaussures. Certaines compagnies de chaussures font des minimalistes depuis un certain temps, mais la plupart d’entre-elles en font seulement depuis 2 à 3 ans seulement. Mon point de vue est que les chaussures minimalistes peuvent encore beaucoup s’améliorer dans leur design, leur performance et leur durabilité. Surtout, je m’interroge sur la pertinence de certaines caractéristiques proposées par les fans des chaussures minimalistes.

Le moins de structure possible dans l’empeigne

Pourquoi? Pourquoi l’empeigne de la chaussure devrait-elle être extrêmement flexible?  L’objectif de l’empeigne est de tenir le pied par-dessus la semelle, si  elle ne répond pas à son objectif, elle échoue sa mission. Je suis bien d’accord que le fit d’une chaussure devrait être  »anatomique » (mot utilisé à toutes les sauces), en ce sens que la forme de la chaussure devrait avoir à peu près celle d’un pied et non une forme symétrique. Voici un dessin de Brooks qui explique bien ce que je veux dire:

Last anatomique vs last traditionnel

La forme de chaussure traditionnelle (à droite) ne laisse pas le pied dans sa forme naturelle et comprime les orteils, alors que la forme de pied à gauche respecte la forme naturelle d’un pied. Je suis d’accord que la forme de gauche est plus confortable en général et je pense que c’est une amélioration que de donner cette forme à une chaussure. En plus, une telle forme laisse le pied prendre sa forme naturelle et on peut penser que ça peut peut-être prévenir les blessures. Par contre, je ne vois pas l’intérêt de créer une chaussure dont l’empeigne est extrêmement molle. Est-ce qu’une empeigne un peu rigide affaiblie le pied? J’en doute. Par contre, ce dont je suis persuadé, c’est qu’une empeigne molle peut mener à des ampoules et à un inconfort lors des virages, des entraînements sur piste et, à la limite, lors des entraînements sur le côté d’une roue assez cambrée. Ce dont je suis aussi persuadé, c’est qu’une empeigne trop molle donne un feeling instable à la chaussure.

Pas de renfort de talon

Ça semble être le nouveau  »trip ». J’ai 3 paires de chaussures minimalistes et aucune n’a un renfort en plastique dans le talon. Le tissu est un peu rigide à l’arrière, mais rien de plus. C’est bien pratique lorsqu’on veut mettre la chaussure dans une valise, ou qu’on essai de la rouler comme un escargot. Ça fait une belle pub, une chaussure roulée sur elle-même. Est-ce que ça aide à courir plus vite? Est-ce que ça aide à éviter les blessures? J’ai un énorme doute là-dessus. Quel est l’avantage de ne pas avoir de renfort de talon? Tout ce que je vois, c’est un inconvénient lorsqu’on effectue un virage serré.

Une cage à orteil large

Oui, c’est probablement préférable que la cage à orteil soit assez large. Par contre, ce n’est par contre pas un avantage d’avoir une cage à orteil trop large. C’est quoi assez large selon moi? C’est assez large pour ne pas se sentir comprimé, même lorsque je mets tout mon poids sur un seul pied.

Les lacets ne doivent pas descendre bas

Ni la Clinique du Coureur, ni Pete Larson n’ont parlé des lacets. Pourtant, il semble que certains compagnies ont décidé que les lacets ne doivent pas descendre trop bas sur une chausure minimalistes. Sur deux de mes chaussures minimalistes, les lacets sont seulement positionnés jusqu’à environ la moitié du pied. Ça empêche d’ajuster le fit de l’avant-pied à son goût et à son propre pied. Ce sera à travailler dans les prochaines éditions de ces chaussures.

Et maintenant?

J’aime les chaussures minimalistes. Je sens que ma foulée est plus efficace avec ce type de chaussure. J’aime aussi les racers et je crois que les concepteurs de chaussures minimalistes devraient s’inspirer un peu plus des racers lorsqu’ils créent une nouvelle chaussure minimaliste. Voici ce qui serait une chaussure minimaliste idéale selon moi:

description de la chaussure minimaliste parfaite

En rouge, les zones que je solidifierais: les deux côtés de l’avant-pied et le talon. En bleu, la zone où j’installerais des lacets. La chaussure resterait assez légère, avec un drop minimal, flexible et près du sol. Par contre, je crois que les compagnies sont allées trop loin dans le  »non-support ». Je ne suis pas inquiet que bientôt, les chaussures minimalistes entreront dans l’adolescence et deviendront plus matures et mieux construites.

Encore une fois, j’aimerais avoir des statistiques ou des études, mais malheureusement, il faudra se contenter de mon opionion. Et vous, qu’en pensez-vous, avez-vous aussi rencontré ces problèmes?

Publicités

Vibram poursuivi par des hommes en chaussures propres

Monsieur St-Jalm, sur le blog Trimes a découvert quelque chose: Vibram USA et Five Fingers LLC sont poursuivis par 5 firmes d’avocats. La poursuite stipule que:

1) health benefits claims Vibram FiveFingers has used to promote the shoes are deceptive;
2) that FiveFingers may increase injury risk as compared to running in conventional running shoes, and even when compared to running barefoot;
3) that there are no well-designed scientific studies that support FiveFingers claims.
Pour voir l’article complet, c’est ici.
Analysons tranquillement ces 3 points:
Les bénéfices pour la santé avancés par Vibram sont trompeurs.
Difficile à dire, après un rapide coup d’oeil sur leur site web, je ne vois aucun  »bénéfice santé » dont ils font la promotion. Je n’ai pas en mémoire non plus une pub de Vibram qui exprimait des bénéfices sur la santé… Difficile donc de donner mon avis sur ce point…
Les FiveFingers peuvent augmenter le risque de blessures comparé à la course dans des chaussures conventionnelles et même comparé à la course pied-nu. 
Je suis content qu’on pose cette question. Je suis content qu’on se demande si cette chaussure réduit le risque de blessure comparé à la course pied-nu. Déjà il y a un bout de temps, j’en avais parlé dans cet article. Dans cet article, je présentais les résultats de l’étude de Lieberman qui montrait qu’on a un comportement plus protecteur pied-nu qu’en Five Fingers (loading rate plus bas). Le problèeme avec les FiveFingers, c’est qu’un certain pourcentage de la population ne modifie pas sa foulée et continue à attaquer du talon avec ces chaussures. Dans ce cas précis, il est probablement vrai que les FiveFingers peuvent augmenter le risque de blessure.
Toutefois, j’ai hâte de voir comment ils vont prouver leur point, ce sera difficile. Il existe si peu de recherches (pour ou contre) sur l’incidence des blessures en fonction de la chaussure. Il sera, selon moi, impossible de prouver ce point. Je ne suis pas avocat, donc pas un expert des débats légaux, mais je ne sais pas du tout sur quoi ils vont se baser pour prouver leur point. Vont-ils faire venir 2000 personnes qui se sont blessées pour témoigner?
Il n’y a pas d’étude scientifique bien  »designé » qui supporte les bénéfices avancés par FiveFingers.
Pour reprendre l’expression de Fred,  »C’est du lourd »! Plusieurs études parlent du pied-nu, mais peu parlent effectivement des Five-Fingers. Je crois que c’est là que FiveFingers se tire dans le pied (haha!): ils annoncent que les bénéfices du pied-nu se retrouvent dans leurs chaussures….
Bref, j’ai hâte de voir la conclusion de cette poursuite. Par contre, si on poursuit VFF pour des faux arguments, il y a bien d’autres compagnies qu’il faudra poursuivre. Le problème ici n’est pas de savoir si les Five Fingers sont bons ou pas, mais plutôt de déterminer si les éléments marketing avancés par Vibram sont véridiques ou pas.

Quelques nouvelles du monde de la course

Voici, en vrac, quelques nouvelles du monde de la course à pied:

 The perfect runner

Un reportage de CBC sur notre évolution. Comment sommes-nous passés des arbres à un animal extrêmement endurant? Je sais que plusieurs anthropologues pensent que nous nous sommes distingués des autres animaux en étant plus endurant… Je ne suis pas certain de cette vision des choses. Certainement, les humains peuvent faire preuve d’une grande endurance, mais ce qui nous distingue des autres animaux et qui nous a donné un avantage évolutif n’est-il pas l’intelligence? À suivre…

Le championnat universitaire canadien d’athlétisme:

vous pouvez le suivre en direct: http://client.stretchinternet.com/client/cis.portal#

Les nouvelles chaussures minimus

Le premier mars était la date de sortie des minimus 00 (pour zéro drop). Nous les avons reçu chez Fradette Sport et je dois dire que la version de route a un excellent fit. Je les ai essayé très rapidement lors d’un entraînement sur piste intérieur et j’avais l’impression que l’absence de talon m’aidait à être plus efficace. À suivre…

Quand à la version trail, je crois qu’il vaut effectivement mieux l’essayer en trail. Je l’ai rapidement essayé à l’intérieur de la boutique et le confort n’était pas aussi bon que dans la version de route. Je confirme donc que le  »hype » qu’il y avait autour de ces chaussures a bien lieu d’être.

Réponse à la question

J’avais oublié de donner la réponse à la question posée dans ce post: http://courseapied.ca/2012/02/18/marathon-reid-coolsaet-et-chaussures-minimalistes/

Quelle a été la chaussure minimaliste la plus vendue dans les boutiques spécialisées en Amérique du Nord?

Il y avait une attrape:  »dans les magasins spécialisés ». La plupart d’entres-vous ont répondu la Nike Free. Vous auriez eu raison si on avait parlé de la chaussure la plus vendu en général. Par contre, dans les boutique spécialisées, c’est la Saucony Kinvara qui a été la chaussure minimaliste la plus vendue. Je ne suis pas vraiment surpris, car pour moi, la Saucony Kinvara est la référence en terme de chaussures de transition.

Choisir ses chaussures avec Runner’s World ou  » l’art de montrer qu’on évolue… sans le faire »

En regardant la page couverture du Runner’s World mars 2012, j’ai été étonné de voir dans un petit carré jaune:

New and Improved Shoe Guide.

Je suis tout de suite allé voir ce nouveau guide. Leurs tests de chaussures me semblent un peu mieux fait. Notamment, ils indiquent mieux la largeur et le fit de la chaussure avec des cartes 3d des chaussures. Ils ont aussi ajoutés plus de commentaires sur les modèles qu’ils ont particulièrement apprécié, probablement pour contrer les « reviews » qu’on trouve gratuitement sur plusieurs blogs. La cerise sur le sundae, le Shoe Finder:

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premièrement, on remarque que si quelqu’un n’était pas certain de choisir une chaussure plus minimale, il ne va pas changer d’idée avec ce tableau: on lui donne 3 « chances » de sauver sa vie et de choisir une chaussure traditionnelle.

La résistance au changement de cette revue est incroyable. On ne sait pas encore hors de tout doute que les chaussures plus minimales causent moins de blessures, par contre je suis persuadé que de classer les chaussures en « pronateur » « neutre » et « motion-control » ne sert absolument à rien (pour plus d’explications, allez voir l’article suivant: mythe 4: contrôler la pronation).

Ensuite, ils choisissent les chaussures en fonction de l’IMC. Je sais que c’est aussi ancré dans les moeurs que les coureurs plus lourds devraient prendre des chaussures plus coussinées, mais je ne vois pas pourquoi. Plus durable oui, plus coussinées, je ne pense pas.

Quant à la question « are you injury prone? », je pense que le meilleur conseil qu’on peut donner à quelqu’un qui se blesse souvent est: changes quelque chose et vas-y graduellement. Si une personne est toujours blessée en grosses chaussures, faisons-lui essayer quelque chose de plus minimale. Si quelqu’un est toujours blessé en chaussures minimalistes, faites lui essayer un peu plus de coussin. Donner du coussin parce que quelqu’un se blesse souvent, « ça pas rapport, men ».

En résumé, ils ont ajouté 3 chaussures minimalistes à leur guide et ont ensuite tout fait pour ne pas vous envoyer dedans. Belle façon de faire semblant d’être ouvert.

 

Pose du pied vs blessure et efficacité: 2 nouvelles recherches

On avance tranquillement, mais sûrement dans le domaine de la recherche sur la course à pied. Cette semaine, 2 recherches fort intéressantes sont sorties:

1. Effects of Footwear and Strike Type on Running Economy.

Med Sci Sports Exerc. 2012 Jan 3. [Epub ahead of print]

La conclusion de cet article est que les coureurs portant des chaussures minimalistes sont modestement, mais significativement plus économique que des coureurs portant des chaussures traditionelles. La cause probable est une augmentation du retour d’énergie élastique dans l’extrémité inférieur (la jambe) pendant la course avec des chaussures minimalistes. Tout cela, même en tenant compte du poids de la chaussure. Donc à poids égal, la chaussure plus « minimale » est plus efficace.

On peut aussi y lire: la production de force par les fléchisseurs du pied était significativement plus haute dans la condition pied nu que dans la condition chaussure et lors d’une attaque avant-pied plutôt qu’une attaque talon.

En français, on est plus efficace avec une chaussure près du sol, car le corps est mieux capable d’utiliser les gros élastiques qui le composent afin d’augmenter son efficacité. En effet, les tendons ont la capacité d’emmagasiner de l’énergie et de la retourner, comme un vrai élastique.

 

Par contre, l’étude a été effectuée avec des coureurs qui s’entraînent généralement pied-nu ou en chaussures minimalistes. On pourrait penser que si on teste des coureurs qui s’entraînent généralement en grosses chaussures, ils seront peut-être plus efficace ainsi.

2. Foot Strike and Injury Rates in Endurance Runners: a retrospective study

Daoud, Adam I.; Geissler, Gary J.; Wang, Frank; Saretsky, Jason; Daoud, Yahya A.; Lieberman, Daniel E.

Voici les résultats: des 52 coureurs étudiés, 36 attaquaient du talon et 16 attaquaient plutôt de l’avant-pied. Environ 74% des coureurs ont subi une blessure d’importance modérée ou sévère chaque année, mais leurs coureurs qui attaquaient du talon avaient environ 2 fois plus de blessures que ceux qui courent sur l’avant pied.  Ils ont aussi trouvé que le nombre de km courus par semaine et que des distances de compétition plus longues augmentaient le risque de blessures.

Ma vision: Les coureurs qui sont habitués à courir sur l’avant-pied ont peut-être un risque de blessures plus bas, mais effectuer la transition est « dangereux ». Dangereux en ce sens que toutes les structures du membre inférieur doivent apprendre à travailler autrement. Effectuer une telle transition peut prendre entre 1 mois et 2 ans selon les personnes (expérience de coureurs que je connais). Une chose est sûre, cela ne se fait pas du jour au lendemain. On ne peut pas se lever un jour et se dire « c’est fini, je n’attaque plus du talon ». Et à mon avis, on ne peut pas changer son attaque talon sans changer sa chaussure. Si tu cours avec une chaussure qui a 12mm de dénivelé, je pense que c’est extrêmement difficile d’attaquer de l’avant-pied.

En conclusion, oui, attaquer de l’avant-pied c’est bien selon cette étude, mais je crois que d’avoir comme objectif de changer son attaque talon est une mauvaise façon de faire. D’autres trucs seraient selon moi plus appropriés, comme viser à courir léger, faire un peu de renforcement pied-nu et diminuer le drop de ses chaussures.

Pour rester à l’affût des dernières nouveautés sur la course à pied, suivez-nous sur  FacebookTwitterDaily Mile ou Google +

Ce que vous ne saviez pas sur l’équipe de course du Zimbabwe!

Hier, en regardant des vidéos de l’excellent coureur de demi-fond Hicham El-Guerrouj, je suis tombé sur un reportage où il court dans un championnat du monde de course à relais sur route (5 x 5000m). Il y a évidemment des Kenyans, des Éthiopiens, des Marocains (El-Guerrouj), mais il y a aussi l’équipe du Zimbabwe. Ils ne gagnent pas la course, mais ils courent quand même très vite (leurs 3 premiers 5000m sont fait en 14’18 » environ). Je vous donne une chance de deviner ce qu’ils ont de spécial. Avancez la vidéo à 0:55 et regardez bien:

Et oui, ils courent tous pieds nus!

Je tenais à vous le partager, car plusieurs coureurs de haut niveau répètent continuellement que les champions s’entraînent et courent avec des chaussures coussinées. Et bien, pas tous… La question qu’on peut se demander maintenant: courraient-ils plus vite s’ils couraient avec une chaussure très mince qui diminuerait le feed-back que leur donne la route et qui les empêche peut-être de courir plus vite.

L’objectif n’est certainement pas de recommander à tous de courir pieds-nu, simplement de montrer qu’il est possible de courir vite, pied-nu et que ce n’est probablement pas seulement une mode.

Chi running, la fin justifie-t-elle les moyens?

Cover of "ChiRunning: A Revolutionary App...

Cover via Amazon

Je n’aime pas les gourous. Gourou selon Larousse:

Maître à penser, directeur de conscience.

J’ai acheté il y a quelques mois le livre Chi Running de Danny Dreyer. Je suis très content d’avoir acheté ce livre, maintenant, je sais que je ne l’aime pas. Je vais expliquer pourquoi plus loin. Ce livre m’a amené à me poser la question: est-ce mieux d’arriver à changer les comportements en écrivant des faussetés ou est-ce préférable d’être rigoureux d’un point de vue scientifique et d’obtenir moins de changement. En gros, la fin justifie-t-elle les moyens?

Je n’en suis pas sûre du tout.

Pourquoi ne suis-je pas d’accord avec le livre de M. Dreyer? Il nous explique comment on doit courir. Aucune autre façon de courir n’est acceptable selon le livre. Premièrement, je trouve cela dangereux. Particulièrement si un coureur n’est pas blessé, lui recommander de changer sa posture, l’alignement de ses genoux, sa foulée peut être dangereux. If it’s not broken, don’t fix it, dis le proverbe.

Deuxièmement, M. Dreyer n’apport aucune étude, aucun autre argument que des arguments de tai-chi et sa propre expérience. Pas de problème avec cela, mais si on ne se base pas sur des études, on ne peut pas prétendre détenir la vérité.

Troisièmement, certains arguments et certaines propositions me semblent farfelues:

1. The Discovery of Chi Running.

Comme si courir léger et avec une technique plus près de celle qu’on utilise lorsqu’on est enfant/pied-nu était une découverte. C’est un savoir datant de temps immémoriaux.

2. En parlant des enfants: « They’re enjoying the game of tag and having so much fun that there is very little actual work going on when they are running. And since very little effort  is involved in their movement, there is little chance for injury. 

Pas de travail? Au sens physique du terme, accélérer une masse, c’est un travail. Je sais pas pour vous, mais quand je jouais à la tag, je travaillais pas mal! Et est-ce que je suis le seul à avoir été essoufflé à jouer à la tag?!?

3. The most common theory says that the primary cause of running injuries is overtraining. I also belive this to be a myth. I believe the primary cause of injury is poor running form and poor biomechanics.

Effectivement très utile pour vendre un livre… mais peu rigoureux d’un point de vue scientifique. Je n’ai pas d’article en main, mais selon les conférences de Blaise Dubois de la clinique du coureur, 80% des blessures sont causées par une hausse trop rapide du volume/intensité de la course à pied. Le corps humain peut s’adapter à beaucoup de choses si on lui donne le temps de s’y adapter.

4.If there is an imperfection in your biomechanics, it will eventually show up as an ache or pain. 

Rien de moins certain, surtout si on y est habitué…

5. (attention, celui-ci est farfelue, il parle des Kenyans) Their legs are slender because they have such excellent running economy. They’re so efficient they don’t need big leg muscles.

Ok… alors les joueurs de basket grandissent parce qu’ils essayent d’aller toucher le panier? Allons, donc! Si on prend un enfant avec une génétique qui lui donne « des gros os », et qu’on lui donne la meilleure mécanique au monde, il ne va pas avoir des petites jambes, je vous le garanti.

6. With the ChiRunning technique, you won’t be pushing off with your toes.

ah non? Vous allez pousser avec quoi vous?

7. all you have to do is (lean and) pick up your feet

Essayez juste pour voir. Ne poussez pas avec votre jambe par terre essayez juste de lever vos pieds. Qu’arrive-t-il?

8. Il dit qu’il faut toujours garder la même cadence. Par contre, entre la  »troisième vitesse » et la « quatrième vitesse », on doit encore garder la même cadence… et la même longueur de foulée. Expliquez-moi comment on peut aller plus vite ?! Ce n’est pas grave en tant que tel, on comprend quand même, mais il me semble que ça manque de sérieux…

9. Il insiste pour que notre pied tombe directement sous le poids du corps. C’est impossible. Je sais que certains vont me dire qu’ils le font,  dans ce cas, j’aimerais voir une vidéo. C’est possible de tomber très près, mais tomber directement dessous, c’est impossible. En tout cas, Mutai et Mosop en sont incapables:

Et je pourrais continuer comme cela pendant 1 heure… et je suis seulement rendu à la page 125. Ce livre est rempli de faussetés scientifiques et d’illogisme, ce qui me ramène à la question du départ: S’il aide des coureurs à courir sans blessures, mais en l’expliquant de façon non-scientifique, est-ce bon?

Deux vidéos sur la technique de courses… attention, matériel très scientifique

Il faut bien rire un peu une fois de temps en temps… voici 2 vidéos qui, j’espère, vous feront rigoler un peu

96% des marathoniens attaquent du talon après 32 km

Comme vous le savez peut-être, un des blogs que je suis avec le plus d’intérêt est celui de Pete Larson: RunBlogger. M. Larson est à la base un professeur d’anatomie qui s’est mis à la course à pied un peu tard. Il vient tout juste de publier sa première étude sur la course à pied. Il a observé 936 coureurs de marathon et de demi marathon au 10e km et 286 coureurs au 32e km du marathon (les mêmes). L’objectif était de savoir si ils touchaient le sol avec leur talon, leur mi-pied ou leur plante de pied en premier. Voici les résultats:

Au 10km:

  • Talon: 87.8%
  • Midfoot 3.1%
  • Forefoot: 1.4%
  • Asymétrique: 7.7%

Assez impressionnant, non?

De ce 936 coureurs, ils en ont analysé 286 qui faisaient le marathon complet. Voici les pourcentages observés

Au 32km:

  • Talon 93%
  • Mi-pied: 3.5
  • Asymétrique:3.5%
Il n’y avait même plus 1 % de coureurs sur l’avant pied.
Pour certains, ces statistiques seront la preuve qu’on doit porter des chaussures coussinées. Pour d’autres, ces données prouveront que les chaussures coussinées sont à banir, car elles entraînent une mauvaise technique de course. Alors, quelles conclusions peut-on tirer de ces chiffres? Je ne sais pas vraiment. Tant qu’à moi, cette étude suscite beaucoup de questionnements.
  • Tous les coureurs portaient des chaussures. Seulement quelques-uns portaient des chaussures minimalistes. Est-ce que ceux qui portaient des chaussures minimalistes étaient plutôt sur la mi-pied? On ne le sait pas. On peut penser que oui, on peut penser que non. Bref, à vérifier!
  • 2 autres études avaient étudié la pose du pied dans un grand nombre de coureurs: Hasegawa et al. (2007) et Kerr et al. (1983). Les deux avaient observés un plus grand nombre de coureurs mi-pied que Larson. Par contre, leurs échantillons étaient constitués de coureurs beaucoup plus rapides. Ici Pete n’a pas trouvé de relation entre la vitesse d’un coureur et sa pose de pied. Il faut dire que son échantillon de coureurs mi-pied est relativement petit. Qu’est-ce que ça veut dire? Je pense que si on regarde les choses objectivement, on est amené à se poser une question: est-ce que les coureurs courent plus vite parce qu’ils courent mi-pied ou si ils courent mi-pied parce qu’ils courent plus vite? Le débat est lancé.
  • Puisqu’on observe moins d’attaque talon dans les échantillons de coureurs plus rapides, on doit aussi se demander si ils attaque plus de la mi-pied simplement parce qu’ils sont plus rapides ou si c’est parce qu’ils portent des racers. Belle question hein?
  • Une attaque talon était définie comme suit: la partie de la chaussure qui touche le sol en premier est situé dans le tiers arrière de la chaussure. Disons que ça laisse pas mal de marge de manœuvre. Probablement que plusieurs de ces attaques-talon font partie d’une technique de course adéquate.
  • Ce haut pourcentage d’attaque-talon peut sembler être un argument « prouvant » que la meilleure façon de courir pour les humains est d’attaquer du talon. Par contre, il faut être conscient que la vaste majorité des coureurs portaient de grosses chaussures coussinées. Pete ajoute que Nett (1964) avait aussi filmé des coureurs avant l’arrivée des chaussures coussinnées et avait observé que la majorité attaquaient mi-pied ou avec la plante du pied.
  • Finalement, certains coureurs sont passés de talon à mi-pied, mais l’inverse s’est aussi produit. Le corps changerait-il la façon de courir lorsqu’il est en fatigue extrême? Je pense que oui. En fait, je dirais qu’en état de fatigue extrême, la définition de « foulée de secours » serait: différente de la foulée normale.
  • Est-ce que la solution à l’attaque-talon est cette magnifique invention? 
Alors, comme je disais, cette étude ne répond pas à beaucoup de question, en suscite plusieurs, mais est néanmoins fort intéressante. Il y a présentement plusieurs études en cours dans le domaine de la chaussure de course à pied. Peut-être qu’à la lumière de ces nouvelles connaissances, nous serons en mesure d’interpréter ces données différemment.
Pour rester branché sur les dernières actualités en course à pied, suivez-nous sur FacebookTwitterDaily Mile ou Google +

Le minimalisme, « powered by vibram »

Le débat minimaliste est un débat que je suis avec beaucoup d’intérêt. Ce matin même, j’ai pris part à un cours donné par Blaise Dubois de la Clinique du Coureur sur les chaussures minimalistes. Dans la salle, il y avait des représentants de compagnies, des vendeurs de chaussures et des physiothérapeutes. J’adore ce genre de débat. Bravo à Blaise pour avoir lancé ce cours.

Il était plaisant d’assister à ce débat, car les personnes présentes étaient, pour la plupart, déjà informées du sujet, ce qui a permis d’aller un peu plus loin. Les intervenants étaient, pour la plupart, modérés. Nous n’avons donc pas eu droit à ces répliques juteuses:

Tout le monde devrait courir nu pied!

Achetez-moi ce juteux nimbus!

Aye, regarde mon nouveau truc: je me tape une feuille de papier en dessous du pied et je cours avec…

Aye, regarde, j’ai pris des amortisseurs de char et je cours avec, c’est hot!

J’exagère à peine.

Ce débat m’a toutefois éclairé sur un point que j’ai découvert hier: certaines études sur les chaussures minimalistes sont en parties payées par Vibram:

  1. Les une partie des recherches de Lieberman, est commanditée par nul autre que: Vibram! une compagnie qui veut vos sous, même si elle vend des chaussures à 5 orteils. Regardez en bas de la page et tout en bas vous verrez: Research presented on this site was funded by Harvard University and, in part, by Vibram USA®. Bon je ne sais pas quel était la teneur de la commandite. Il semblerait qu’ils ont seulement fourni les chaussures, ce qui n’implique pas trop de biais à mon avis.
  2. Après en avoir discuté avec Blaise Dubois ce matin même, il semblait dire que les études de Squadrone et al sont aussi commanditées par Vibram.

Un des arguments souvent apportés par les minimalistes, est l’aspect mercantile des compagnies de chaussures. Oui, les compagnies qui fabriquent et vendent des chaussures sont là pour faire des profits. Elles adaptent leurs offres en fonction du marché. C’est vrai que la promotion des chaussures coussinées n’est pas basée sur de la science.

Mais la science sur laquelle on se base pour prescrire des chaussures minimalistes est-elle biaisée?

Loin de moi l’idée d’invalider tous les résultats de la recherche. Toutefois, lorsqu’une compagnie commandite une étude, on a toujours le droit (le devoir?) de se demander si les conclusions ne seraient pas un peu empreinte de mercantilisme. Je continue de penser que le minimalisme est excellent pour la plupart des gens. Je sais aussi que le minimalisme ne repose pas sur l’étude de Liebermann et de Squadrone. Par contre, lorsque les défendeurs des chaussures minimales clameront haut et fort que les compagnies de chaussures conspirent pour nous faire acheter des grosses chaussures, on pourra aussi, on pourra aussi parler de « conspiration Vibram » et de ces études commanditées.