Archives de Catégorie: Évaluation équipement

Kinvara 3 – la liberté

La chaussure Kinvara 3 vient tout juste de sortir en magasin, mais j’ai eu l’occasion de la tester depuis un mois environ. Merci à Saucony de m’avoir offert cette chaussure gratuitement et en avance, c’est très apprécié! Niveau style, je dois avouer que je n’aime pas trop les chaussures 2 tons en général. Par contre, l’effet de celle-ci est assez bien réussi. De toute façon je ne suis pas ici pour vous parler de l’agencement de la chaussure avec votre « top-avec-le-do- ouvert-des petites-rayures-sur-l’ épaule-gauche-et-mon-nom-brodé-en-bas ». Je laisserai ce plaisir à d’autres…

Voici les statistiques sur cette chaussure:

Poids : 7,7 oz

Dénivelé : 4mm

Hauteur avant: 19mm

Hauteur arrière : 23 mm

Extérieur de la kinvara 3

Avec mon pied à l’intérieur:

Largeur de la kinvara 3

Dans mon dernier article sur les chaussures minimalistesje critiquais certaines chaussures minimalistes dont l’avant-pied est trop flexible. Ici, je trouve que Saucony a trouvé un excellent juste-milieu entre flexibilité et sécurité. Sécurité dans le sens que je me sens en confiance en tournant un coin de rue, car je sais que mon pied restera par-dessus la semelle intercalaire. En même temps l’empeigne est assez souple pour bien s’ajuster à mon pied. La façon d’utiliser le Flexfilm est innovante et j’adore cette empeigne que je classerais dans les meilleures empeignes que j’ai eu l’occasion d’essayer, avec la MT 110. Bravo aussi à Saucony qui ont décidé de mettre plusieurs œillets pour les lacets et qui on fait descendre les lacets assez bas, ce qui permet de bien ajuster la chaussure.

différence entre l'empeigne du kinvara 3 et du kinvara 2

L’intérieur de la Kinvara 3 est fini avec une mince membrane de tissu assez confortable pour le pied. Je n’ai pas essayé de porter la chaussure pied-nu, alors je ne peux pas vous dire si c’est confortable ou non, mais je pense que ce serait possible. 

Talon de la kinvara 3

J’ai plié la chaussure à l’endroit où arrête la coupole qui sert à renforcer le talon. Je trouve que cette hauteur est parfaite. Plus bas que cela, le pied bouge un peu, plus haut que cela, on se sent coincé. En résumé, le haut de la Kinvara me va parfaitement.

La semelle intercalaire

La semelle intercalaire est assez coussinée pour ne pas sentir le sol, mais puisqu’elle a un faible dénivelé, elle permet d’arriver avec une foulée relativement naturelle. Dans le titre de l’article, je parle de liberté, c’est parce que la Kinvara 3 vous laisse libre d’atterrir comme vous voulez au sol. Si vous êtes habitué aux chaussures traditionnelles, vous trouverez que vous êtes capable de courir avec la Kinvara 3 en arrivant sur le talon et que cela ne cause pas plus de problème qu’avec vos anciennes chaussures. En même temps, si vous désirez modifier votre foulée, elle vous laissera atterrir plus mi-pied et cela sera aussi confortable. 

Dans ma vision des choses une chaussure minimaliste devrait donner assez de feedback pour qu’il soit difficile d’attaquer du talon.  Ce n’est pas le cas ici avec la Kinvara 3, on ne sent pas assez le sol pour qu’une mauvaise technique de course soit inconfortable. C’est pourquoi je qualifierais cette chaussure de  »chaussure de transition ». C’est une excellente chaussure pour quelqu’un qui veut courir avec des chaussures plus minimales, mais qui n’y est pas encore habitué. Si vous voulez travailler votre technique de course pendant les 10 premières minutes de votre entraînement, puis oublier la chaussure et relaxer, cette chaussure est faite pour vous. 

La semelle externe

La semelle externe de la Kinvara est fabriquée de façon à minimiser le poids. En effet, pour qu’une chaussure aussi épaisse soit aussi légère, il faut couper dans le caoutchouc de la semelle. 

Au niveau du talon, la semelle est parfaite. Juste assez épaisse pour donner de la durabilité et exactement au bon endroit: vers l’extérieur de la chaussure. À l’avant, je pense que 4 insertions de caoutchoucs supplémentaires aideraient à la durabilité. Pas un gros défaut, la semelle tient quand même bien le coup jusqu’à maintenant et la durabilité est améliorée par rapport à la Kinvara 2.

Différence entre semelle du kinvara 2 et du kinvara 3

Plaisir de courir

Lorsque la Kinvara 1 est arrivée sur le marché, elle était la seule chaussure de transition (pente minimale, coussin presque conventionnel) disponible. Maintenant, l’offre s’est diversifiée, mais la nouvelle empeigne permet à la Kinvara 3 de rester un des meilleurs (sinon le meilleur) choix en terme de chaussure de transition.

Bonne course!

La chaussure Kinvara 3 vient tout juste de sortir en magasin, mais j’ai eu l’occasion de la tester depuis un mois environ. Merci à Saucony de m’avoir offert cette chaussure gratuitement et en avance, c’est très apprécié! Niveau style, je dois avouer que je n’aime pas trop les chaussures 2 tons en général. Par contre, l’effet de celle-ci est assez bien réussi. De toute façon je ne suis pas ici pour vous parler de l’agencement de la chaussure avec votre « top-avec-le-do- ouvert-des petites-rayures-sur-l’ épaule-gauche-et-mon-nom-brodé-en-bas ». Je laisserai ce plaisir à d’autres…

Voici les statistiques sur cette chaussure:

Poids : 7,9 oz

Dénivelé : 4mm

Hauteur avant: 19mm

Hauteur arrière : 23 mm

Description : Extérieur de la kinvara 3

Avec mon pied à l’intérieur:

Description : Largeur de la kinvara 3

Dans mon dernier article sur les chaussures minimalistes, je critiquais certaines chaussures minimalistes dont l’avant-pied est trop flexible. Ici, je trouve que Saucony a trouvé un excellent juste-milieu entre flexibilité et sécurité. Sécurité dans le sens que je me sens en confiance en tournant un coin de rue, car je sais que mon pied restera par-dessus la semelle intercalaire. En même temps l’empeigne est assez souple pour bien s’ajuster à mon pied. La façon d’utiliser le Flexfilm est innovante et j’adore cette empeigne que je classerais dans les meilleures empeignes que j’ai eu l’occasion d’essayer, avec la MT 110. Bravo aussi à Saucony qui ont décidé de mettre plusieurs œillets pour les lacets et qui on fait descendre les lacets assez bas, ce qui permet de bien ajuster la chaussure.

L’intérieur de la Kinvara 3 est fini avec une mince membrane de tissu assez confortable pour le pied. Je n’ai pas essayé de porter la chaussure pied-nu, alors je ne peux pas vous dire si c’est confortable ou non, mais je pense que ce serait possible. 

Description : Talon de la kinvara 3

J’ai plié la chaussure à l’endroit où arrête la coupole qui sert à renforcer le talon. Je trouve que cette hauteur est parfaite. Plus bas que cela, le pied bouge un peu, plus haut que cela, on se sent coincé. En résumé, le haut de la Kinvara me va parfaitement.

La semelle intercalaire

La semelle intercalaire est assez coussinée pour ne pas sentir le sol, mais puisqu’elle a un faible dénivelé, elle permet d’arriver avec une foulée relativement naturelle. Dans le titre de l’article, je parle de liberté, c’est parce que la Kinvara 3 vous laisse libre d’atterrir comme vous voulez au sol. Si vous êtes habitué aux chaussures traditionnelles, vous trouverez que vous êtes capable de courir avec la Kinvara 3 en arrivant sur le talon et que cela ne cause pas plus de problème qu’avec vos anciennes chaussures. En même temps, si vous désirez modifier votre foulée, elle vous laissera atterrir plus mi-pied et cela sera aussi confortable. 

Dans ma vision des choses une chaussure minimaliste devrait donner assez de feedback pour qu’il soit difficile d’attaquer du talon.  Ce n’est pas le cas ici avec la Kinvara 3, on ne sent pas assez le sol pour qu’une mauvaise technique de course soit inconfortable. C’est pourquoi je qualifierais cette chaussure de  »chaussure de transition ». C’est une excellente chaussure pour quelqu’un qui veut courir avec des chaussures plus minimales, mais qui n’y est pas encore habitué. Si vous voulez travailler votre technique de course pendant les 10 premières minutes de votre entraînement, puis oublier la chaussure et relaxer, cette chaussure est faite pour vous. 

La semelle externe

La semelle externe de la Kinvara est fabriquée de façon à minimiser le poids. En effet, pour qu’une chaussure aussi épaisse soit aussi légère, il faut couper dans le caoutchouc de la semelle. 

Description : https://chaussuresdecourse.files.wordpress.com/2012/05/img_00831.jpg

Au niveau du talon, la semelle est parfaite. Juste assez épaisse pour donner de la durabilité et exactement au bon endroit: vers l’extérieur de la chaussure. À l’avant, je pense que 4 insertions de caoutchoucs supplémentaires aideraient à la durabilité. Pas un gros défaut, la semelle tient quand même bien le coup jusqu’à maintenant.

Plaisir de courir

Lorsque la Kinvara 1 est arrivée sur le marché, elle était la seule chaussure de transition (pente minimale, coussin presque conventionnel) disponible. Maintenant, l’offre s’est diversifiée, mais la nouvelle empeigne permet à la Kinvara 3 de rester un des meilleurs (sinon le meilleur) choix en terme de chaussure de transition.

Disponible chez Fradette Sport Place de la Cité au prix de 129,99$.

Bonne course!

Publicités

Nous sommes dans l’enfance des chaussures minimalistes

La semaine dernière, un journaliste a écrit que la crise étudiante amènerait le Québec  »à maturité ». Je ne veux absolument pas parler du conflit étudiant ici, mais ça m’a fait réfléchir sur la conception des chaussures. Certaines compagnies de chaussures font des minimalistes depuis un certain temps, mais la plupart d’entre-elles en font seulement depuis 2 à 3 ans seulement. Mon point de vue est que les chaussures minimalistes peuvent encore beaucoup s’améliorer dans leur design, leur performance et leur durabilité. Surtout, je m’interroge sur la pertinence de certaines caractéristiques proposées par les fans des chaussures minimalistes.

Le moins de structure possible dans l’empeigne

Pourquoi? Pourquoi l’empeigne de la chaussure devrait-elle être extrêmement flexible?  L’objectif de l’empeigne est de tenir le pied par-dessus la semelle, si  elle ne répond pas à son objectif, elle échoue sa mission. Je suis bien d’accord que le fit d’une chaussure devrait être  »anatomique » (mot utilisé à toutes les sauces), en ce sens que la forme de la chaussure devrait avoir à peu près celle d’un pied et non une forme symétrique. Voici un dessin de Brooks qui explique bien ce que je veux dire:

Last anatomique vs last traditionnel

La forme de chaussure traditionnelle (à droite) ne laisse pas le pied dans sa forme naturelle et comprime les orteils, alors que la forme de pied à gauche respecte la forme naturelle d’un pied. Je suis d’accord que la forme de gauche est plus confortable en général et je pense que c’est une amélioration que de donner cette forme à une chaussure. En plus, une telle forme laisse le pied prendre sa forme naturelle et on peut penser que ça peut peut-être prévenir les blessures. Par contre, je ne vois pas l’intérêt de créer une chaussure dont l’empeigne est extrêmement molle. Est-ce qu’une empeigne un peu rigide affaiblie le pied? J’en doute. Par contre, ce dont je suis persuadé, c’est qu’une empeigne molle peut mener à des ampoules et à un inconfort lors des virages, des entraînements sur piste et, à la limite, lors des entraînements sur le côté d’une roue assez cambrée. Ce dont je suis aussi persuadé, c’est qu’une empeigne trop molle donne un feeling instable à la chaussure.

Pas de renfort de talon

Ça semble être le nouveau  »trip ». J’ai 3 paires de chaussures minimalistes et aucune n’a un renfort en plastique dans le talon. Le tissu est un peu rigide à l’arrière, mais rien de plus. C’est bien pratique lorsqu’on veut mettre la chaussure dans une valise, ou qu’on essai de la rouler comme un escargot. Ça fait une belle pub, une chaussure roulée sur elle-même. Est-ce que ça aide à courir plus vite? Est-ce que ça aide à éviter les blessures? J’ai un énorme doute là-dessus. Quel est l’avantage de ne pas avoir de renfort de talon? Tout ce que je vois, c’est un inconvénient lorsqu’on effectue un virage serré.

Une cage à orteil large

Oui, c’est probablement préférable que la cage à orteil soit assez large. Par contre, ce n’est par contre pas un avantage d’avoir une cage à orteil trop large. C’est quoi assez large selon moi? C’est assez large pour ne pas se sentir comprimé, même lorsque je mets tout mon poids sur un seul pied.

Les lacets ne doivent pas descendre bas

Ni la Clinique du Coureur, ni Pete Larson n’ont parlé des lacets. Pourtant, il semble que certains compagnies ont décidé que les lacets ne doivent pas descendre trop bas sur une chausure minimalistes. Sur deux de mes chaussures minimalistes, les lacets sont seulement positionnés jusqu’à environ la moitié du pied. Ça empêche d’ajuster le fit de l’avant-pied à son goût et à son propre pied. Ce sera à travailler dans les prochaines éditions de ces chaussures.

Et maintenant?

J’aime les chaussures minimalistes. Je sens que ma foulée est plus efficace avec ce type de chaussure. J’aime aussi les racers et je crois que les concepteurs de chaussures minimalistes devraient s’inspirer un peu plus des racers lorsqu’ils créent une nouvelle chaussure minimaliste. Voici ce qui serait une chaussure minimaliste idéale selon moi:

description de la chaussure minimaliste parfaite

En rouge, les zones que je solidifierais: les deux côtés de l’avant-pied et le talon. En bleu, la zone où j’installerais des lacets. La chaussure resterait assez légère, avec un drop minimal, flexible et près du sol. Par contre, je crois que les compagnies sont allées trop loin dans le  »non-support ». Je ne suis pas inquiet que bientôt, les chaussures minimalistes entreront dans l’adolescence et deviendront plus matures et mieux construites.

Encore une fois, j’aimerais avoir des statistiques ou des études, mais malheureusement, il faudra se contenter de mon opionion. Et vous, qu’en pensez-vous, avez-vous aussi rencontré ces problèmes?

Différence entre  »racer » et chaussure minimaliste

Vous êtes-vous déjà posé la question? L’objectif de ce billet n’est pas d’être en faveur de l’un ou de l’autre, mais d’expliquer la différence entre les deux. Bien sûre, je donnerai mon avis sur la construction de certaines chaussures plus loin.

Comment décrire une chaussure minimaliste? La Clinique du Coureur parle de 6 caractéristiques pour qu’une chaussure soit minimaliste, alors que Pete Larson en considère 8. En gros, tout le monde est d’accord, mais ils utilisent des mots différents. Voici mon résumé:

  1. La chaussure minimaliste devrait avoir un dénivellé (heel-toe drop) minimal. Chez la Clinique du Coureur, on parle de moins de 6mm.
  2. Une chaussure minimaliste devrait être légère. Certainement moins de 10 oz pour Pete Larson.
  3. Le moins de structure possible dans l’empeigne.
  4. La chaussure devrait être aussi flexible que possible
  5. La chaussure devrait avoir une cage à orteil large pour que le pied puisse prendre de l’expansion lors de l’impact.
  6. Le moins d’éléments de support possible
  7. Le plus près du sol possible et donc le moins d’amorti possible
  8. Le moins de  »toe spring »possible
Voici deux chaussures minimalistes typique:

Pas mal tout le monde s’entend sur ces caractéristiques. Voici maintenant ma description d’une chaussure de performance (racer):

  1. Dénivelé au goût du coureur (la plupart des racers ont entre 4mm et 10mm de dénivelés, alors que les chaussures traditionnelles ont 12mm de dénivelé)
  2. Poids plume (le plus léger possible)
  3. Doit avoir assez de structure dans l’empeigne pour que le pied ne bouge pas trop lors des virages, des montées ou lors des entraînements sur piste d’athlétisme
  4. La chaussure devrait être assez flexible pour avoir un bon feeling de la route.
  5. La chaussure devrait avoir une cage à orteil assez serrée pour que le pied ne se promène pas dedans pendant les entraînements par intervalles ou les côtes.
  6. Les éléments de support sont au goût du coureur.
  7. Le racer devrait avoir assez d’amorti pour que le coureur ne sente pas trop le sol. En même temps, il ne faut pas que la chaussure soit lourde et qu’il perde la sensation de la route.
  8. Le toe spring n’est pas important.
Voici deux chaussures de performance typiques:
Toutes les compagnies ou presque font maintenant des racers et des chaussures minimalistes. Puisque plusieurs caractéristiques sont partagées par les chaussures minimalistes et les chaussures de performances, on peut placer certaines chaussures dans les deux catégories à la fois, même si leur marketing est généralement fait dans une seule catégorie. Par exemple la Saucony Type A5 pourrait être dans les 2 catégories, mais elle est plutôt vendue comme une chaussure de performance.
Ce qui différencie vraiment les chaussures minimalistes des chaussures de performance, c’est l’objectif que le designer a en tête lorsqu’il crée la chaussure. Dans mon prochain article, je parlerai des avantages et des inconvénients de chaque type de chaussure et de mon opinion sur le design des chaussure minimalistes qui sont sorties jusqu’à présent.
Manquez pas ça!

Évaluation New Balance Minimus 00 Road

Je pense que vous le savez, je suis un  »trippeux » de chaussure. Quand j’ai vu arriver les Minimus Road 00, j’ai tout de suite été excité, je les attendais avec impatience. Je trouve qu’au niveau du style, cette chaussure est parfaite. Surtout pour un jeune homme qui aime porter des espadrilles avec des jeans… Bon, c’est assez, je ne suis pas critique de mode, mais je dois en parler lorsque je trouve une fille chaussure de mon goût.

Voici les statistiques données par NB

Poids: 6,4 oz

Dénivelé: 0mm

Hauteur avant: 12mm

Hauteur arrière: 12mm

L’empeigne

Ci-haut la minimus 00 avec mon pied à l’intérieur. Je l’ai déjà dit, mais mon pied est relativement large. Je ne me sentais pas à l’étroit dans la chaussure, même si je la rempli très bien. J’ai trouvé la «cage à orteil» généreuse. Pas extrêmement large, mais très flexible. Elle accommodera donc les personnes qui ont des pieds soit un peu large ou avec des oignons sans problème. La chaussure est faite sur une forme anatomique, la même que la NB 110, ce qui veut dire qu’au contraire de certaine chaussure, la forme de la chaussure suit la forme d’un pied humain. Concrètement, cela veut surtout dire qu’à l’avant, la chaussure n’est pas symétrique. J’adore les chaussures qui ont une forme anatomique.

On ne le voit pas super bien dans la photo, mais la langue est en fait juste une extension de l’empeigne du côté intérieur. C’est bien. La langue ne bouge pas, c’est certain! Pour mon pied relativement volumineux, elle est juste assez longue. Un millimètre de moins et elle serait trop courte! C’est peut-être en partie dû au fait que j’ai pris des 7,5 alors que je prends généralement du 8. Mon objectif était de pouvoir porter la chaussure nu pied! Ça fonctionne J L’empeigne est très douce et je n’ai eu aucun problème à faire sortie de 8km pieds nu dès la première fois. La chaussure «fit» vraiment comme un gant, j’adore le fit.

Comme vous pouvez le voir, il n’y a aucun renfort de talon. Je sais que c’est une caractéristique recherchée par les minimalistes, mais je me demande pourquoi… Pour être sûre que la chaussure bouge quand tu cours vite? En tout cas, c’est l’effet que ça a produit pour moi. Le talon mou, couplé à l’élasticité de l’avant-pied font que la chaussure est excellent pour jogger, c’est vraiment un charme de courir lentement avec cette chaussure, mais je ne porterais pas cette chaussure lors d’une course. En gros, cette chaussure correspond à 100% aux attentes des minimalistes, mais ne correspond pas à 100% des attentes du coureur qui veut performer…

Semelle intercalaire

Quand on regarde la chaussure de côté, on dirait que la chaussure est quand même un peu coussinée. C’est faux et c’est bien comme ça. C’est probablement la chaussure la plus ferme que j’ai eu l’occasion d’essayer et je trouve que le feeling de course est excellent. Quand je pousse, ça répond! Cette chaussure est tout indiquée pour quelqu’un qui veut modifier un peu son style de foulée. On a beaucoup de feedback, surtout sans bas.

Semelle externe

Très bon design. Les morceaux de caoutchouc plus durable sont placés exactement aux bons endroits et ils semblent très… durables! J’ai fait environ une centaine de kilomètres dans ces chaussures et elles semblent comme neuves. Je pense que je vais être capable d’accumuler pas mal de distance dans ces chaussures.

Appréciation générale et plaisir de courir

Je trouve que le plaisir de courir est vraiment bon dans les chaussures qui n’ont pas de dénivelé. On se sent direct au sol, avec une foulée naturelle. Je ne sais pas pourquoi, mais je n’aime pas trop ce feeling lorsque je fais des intervalles ou encore des courses. C’est peut-être une question d’adaptation.

Je recommanderais cette chaussure à tous ceux et celles qui cherchent une chaussure minimaliste, durable et confortable sans hésitation.

Disponible chez Fradette Sport Place de la Cité à 129,99$

J’expérimente encore avec la caméra. Le résultats n’est pas encore à la haute de mes attentes, mais ça va venir. Voici le petit vidéo que j’ai fait pour présenter la chaussure:

Évaluation du Saucony A5

Bon, il y a maintenant quelques mois que je n’ai pas écrit d’article sur ce blog, j’espère ne pas être trop rouillé. À défaut d’avoir du talent d’écrivain, j’ai au moins un bon sujet: les Saucony Type A5. Comme son nom l’indique, il s’agit des successeurs du très populaire Type A4, le fameux racer de Saucony. Le A4 est à deux lettres près de faire AK-47 et comme le AK-47, le A4 était conçu pour la guerre tous les blogueurs de courseapied.ca l’ont testé: sur l’asphalte, la trail (Math) et même dans les tranchées. Le A4 a toujours tenu le coup. La seule critique que nous avions à son sujet vient de Daniel qui lui n’aimait  pas vraiment les trous dans la semelle: « l’eau rentre… j’ai les pied mouillé… », un caprice de vedette si vous voulez mon avis ;). Pour ma part, des trous = moins de semelle = moins de poids = je cours plus vite! En plus, ils sont très efficaces pour évacuer la sueur.

(En jaune les A4 et en blanc et rouge les A5)

Type A4 vs. Type A5

Poids: 6,4 oz(A4)  5,7 oz(A5)

Dénivellation: 4mm (A4 et A5)

Semelle: XT-900™ (A4 et A5)

Point de vu technique le A5 est presque identique à sont prédécesseur. Le seul changement est au niveau du poids. On parle ici de 0,7 oz de moins. Saucony a gardé la même semelle avec le XT-900™  au talon le qui est rend la chaussure relativement durable, mais surtout très légère. Pour perdre 0,7 oz, ils ont du couper sur l’empeigne. Ils  ont donc laissé tomber tout les parties qui étaient cousues (je parle ici des pièces en gris sur le A4) et  ils ont remplacer ces parties par des imprimé en plastique. Je trouve cette nouvelle technique très astucieuse, car elle permet d’éliminer les coutures  qui peuvent parfois devenir des points de pression et transformer une petite course ordinaire en vraie enfer à cause d’ampoules.

Le A5 a aussi conservé les oeillets plastifiés du A4 qui sont extrêmement durables comparés à ceux en nylon que l’ont retrouve sur plusieurs modèles de souliers de course. Un des seul point négatif de ce soulier, c’est les boucles à l’arrière du soulier. À première vu elles semblent bien pratiques pour enfiler les souliers plus vite et le tri-athlète en moi aime bien cet aspect, mais elles sont tout à fait  inutiles, car chaque fois qu’on veut mettre la chaussure, la partie qui se trouve en haut de la fameuse boucle se plie et on finit par mettre le soulier avec la bonne vieille technique du pouce. De plus je n’ai pas encore pesé cette boucle mais elle doit bien peser au moins 0,01 oz, donc on gagne à tout coup à la couper!

Point de vu «feeling» de course, il aurait été difficile pour moi de ne pas aimer les A5 parce que je les ai reçu au début du printemps,  quand la neige fond et que nous pouvons faire plus que deux pas sans déraper et perdre pied. Le A5 est pour moi la définition même du racing flat, léger mais avec juste assez de cushioning pour me permettre de me défoncer jusqu’à la fin d’une course, car avec la fatigue, à la fin d’une course, notre biomécanique n’est pas toujours parfaite.

Quelques nouvelles de chez Course à pied.ca

Voici quelques nouvelles en vrac:

1. On a maintenant une caméra GoPro. Le plus gros avantage de cette caméra  est qu’elle peut filmer en 120 FPS (images par secondes), ce qui nous permet de faire des vidéos au ralenti. Voilà un premier vidéo qui exploite cette capacité. Même ralenti à 5% de la vitesse d’origine, il reste encore assez d’images pour qu’on voit bien. J’ai hâte de tester différentes chaussures devant la caméra:

2. On part à une course ce matin… donc on boit du jus de betterave.

3. J’aurai bientôt une critique plus complète, mais jusqu’à maintenant, j’aime beaucoup les Minimus Road 00… Ils sont très fermes, plus que je ne le pensais. Pour ceux qui aiment sentir le sol, c’est très bien. Pour ceux qui préfèrent garder un peu d’amorti, ce n’est peut-être pas la chaussure pour vous.

4. C’est la première fois que ça arrive: j’aurai la chance de tester une paire de chaussure avant sa sortie officielle, quel honneur! Je vous laisse deviner de quelle chaussure il s’agit!

Plusieurs articles arrivent à grand pas:

– évaluation du Minimus Road

– évaluation du A5

– Vo2 max absolu vs relatif

–  Mythe: votre pied doit tomber sous votre centre de masse

Une course sans gobelets?

Je ne suis pas le plus grand défenseur de l’environnement et de l’écologie. Je n’achète pas de légumes et de fruits bio, j’ai une voiture et je ne fabrique pas mon propre pain… Par contre, j’essaie de réduire un peu la quantité de déchets que je produit et je réussis relativement bien.

Hier, je me suis demandé quel moyen on pourrait prendre pour réduire la quantité de déchets produits par une course et surtout pour éviter de jeter une grande quantité de gobelets qui sont utilisés seulement une fois. Voici la meilleure solution que j’ai trouvé pour éliminer/réduire la quantité de gobelets qu’on consomme:

Je ne les crois pas vraiment quand ils disent que c’est aussi rapide que des gobelets… Par contre, il y a plusieurs évènements de grande envergure qui utilisent ce système, ça doit donc être assez efficace. Voici les avantages/inconvénients que j’y vois:

Avantages:

  • Diminue la quantité de déchets produites par une course
  • Il semble que c’est plus facile de boire dans cette pochette que dans un gobelet
  • Je pense que le hydrapouch est relativement ergonomique et qu’il se traîne bien. Il me fait penser au petit sac d’hydratation que Kilian Jornet traîna lors du Western State 100 mile
Inconvénients
  • Je paie lorsque je fais une course, j’aimerais avoir du service!
  • Peut-être un tout petit peu plus lent que les stations d’eau avec gobelets
  • S’il n’est pas fourni par la course, je dois acheter un hydrapouch
Et vous, qu’en pensez-vous? Je songe à utiliser ce système lors du Demi-marathon Côte de Beaupré. Est-ce que ça vous donnerait le goût de participer? Le contraire?

 

Évaluation Mt110

 »Long time no see » ou plutôt… long time no post… Hier j’ai donné ma première conférence de lancement du Défi Entreprises. Ça prend beaucoup de temps préparer une conférence! J’ai donc été un peu moins régulier sur ce blog dans les dernières semaines, mais je compte bien me rattraper.

Voici donc mon évaluation du Mt 110, une chaussure que je qualifierais de chaussure de performance pour la trail. Certains diront peut-être que c’est une chaussure minimaliste. Je ne le pense pas. On sent bien le sol avec, elle a un faible dénivelé, mais elle a été créée dans le but de faire des compétitions. J’ai fait un petit vidéo à la fin qui résume mes impressions sur la chaussure. Les photos ne viennent pas de moi, mais plutôt de testeurs qui ont un meilleur appareil photo que moi.

Première impression

En regardant cette chaussure, on se dit:  »C’est original ». Personnellement, je la trouve très très belle, mais c’est certainement un style audacieux. Certainement aussi audacieux que la Pure Connect.  La chaussure est fait sur le même moule que la série Minimus de New Balance: un moule assez large sur l’avant pied et qui a une forme de pied naturelle. Le devant de la chaussure n’est pas symétrique, mais plutôt un peu rond.

L’empeigne

L’empeigne de la chaussure est fait avec une matière qui ressemble beaucoup à l’empeigne d’une chaussure de soccer. Cette façon de fabriquer des chaussures est innovante et à mon avis, plus de chaussures devraient être faites comme cela. C’est très flexible, ça tient très bien le pied et ça ne devient pas  »lousse » après quelques km. Le fit reste le même de début à la fin de la course. J’ai un pied assez large et le fit est parfait. J’ai rarement vu une chaussure qui s’ajustait si bien à mon pied. Je suis confiant que dans une course de trail, je n’aurais pas d’ampoules. Par contre, si votre pied est très étroit, vous allez peut-être vous perdre un peu dans la chaussure. 

Le seul défaut de l’empeigne: les 2 coutures qu’on voit sur le côté intérieur dans la photo ci-dessus. Je ne les ai pas du tout senti avec mes bas en courant l’hiver, mais je ne pense pas que je me risquerais à faire 20km de trail nu pied avec. Les fans des pieds nus dans les chaussures seront peut-être un peu déçu.

Semelle intercalaire

La semelle intercalaire est ferme, ce qui permet de ne pas trop sentir les cailloux. Je pense que c’est une bonne caractéristique pour une chaussure de trail performante. Il y a aussi une mince plaque de plastique en dessous du devant de la chaussure. Cela donne de la rigidité et protège aussi des cailloux. Les pures minimalistes seront déçus de cela. Par contre, je trouve que pour faire une course comme le trans-vallée, c’est la quantité optimale d’amorti. Après 5h de course, tu n’as pas envie de sentir toutes les petites branches qui te rentrent en dessous des pieds. Le dénivelé annoncé est de 4 mm, ce qui me semble exacte, je me sens pratiquement à plat dans cette chaussure.

Semelle externe

La chaussure n’est pas faite pour les trail boueuses. Les crampons sont plus haut que ceux de la MT100, ce qui est une nette amélioration. Par contre, ce n’est pas encore suffisant pour courir dans la neige molle ou dans des trail boueuses. Ces chaussures ont en grand partie été testées et développées au Colorado par Anton Krupicka qui court surtout sur des trails secs. Par contre, ce que cela permet, c’est que cette chaussure est parfaite à ce temps-ci de l’année sur un mix de route et de neige. Vu que je  »capote » sur le fit de la chaussure, je l’ai même testé à la piste intérieure du PEPS où elle a très bien répondu. C’est probablement la seule chaussure de trail avec laquelle j’aime courir sur une piste. En ce qui a trait à la durabilité, je ne peux pas vous dire encore, car je n’ai qu’une centaine de kilomètres de fait avec ces chaussures.

En plus, en dessous, il y a  »keep up » d’écrit à l’envers et qui l’écrit à l’endroit lorsque vous laissez une trace dans la trail. Ça sert à rien, mais c’est apprécié!

Prix

Une vraie aubaine. Enfin une chaussure minimale à prix minimal: 99$. Tant qu’à moi, cette chaussure vaut minimum 129,99$.

À qui cette chaussure d’adresse-t-elle?

Quelqu’un qui fait de la trail ou un mix de trail et de route et qui cherche une chaussure de performance. Je qualifierais cette chaussure de  »trail-racer ». Si vous cherchez une chaussure légère pour courir l’hiver, c’est un excellent choix aussi. Si vous avez un pied large, vous adorerez probablement le fit. C’est probablement la chaussure qui a eu le meilleur fit sur mon pied de tout les temps.

+

  • Excellent fit
  • Haut qui tient bien le pied
  • Juste milieu entre légèreté et protection
  • Prix attrayant

  • Manque de crampon pour les trails boueuses
  • Pas de version imperméable encore…Disponible chez Fradette Sport Place de la Cité pour 99,99$

La chaussure qui flotte: RC 5000

Pour faire suite à l’excellent articles de Trimes sur Jean-François Fullum de New Balance, voici une petite vidéo tournée sur un iphone lors d’un show à Montréal:

Eh oui, la chaussure flotte grâce à 9-10 ballons remplis d’hélium. Pas de trucage, je l’ai vu live! Incroyable ce que NB a fait avec cette chaussure:

3,2 oz,8mm de dénivelé, arrivée prévue juin 2012, on a hâte de la tester!

Top 3 chaussures 2011 + preview 2012

2011:

Roulement de tambour s’il vous plaît! L’année 2011 achève, c’est l’heure des bilans. Préparez-vous à voir des palmarès de toute sorte sur Course à pied.ca

1. Saucony Hattori (Daniel Riou), pour sa légèreté, son bon fit et son feeling incroyable de course. On a par contre appris qu’il vaut mieux porter des bas si on fait plus de 10km…

2. RC 1400 (Fred Bouchard): Excellente chaussure de marathon / course longue distance.

3. Saucony A4 (Mathieu Boucher): On a pas encore fait de review et on en fera probablement pas, voir ce qui s’en vient en 2012.

Les chaussures les plus attendues pour 2012:

Minimus zero road:

Déjà encensées par Runner’s world et nommée chaussure de l’année 2012, on a bien hâte de quoi aura l’air la première chaussure 0 drop de New Balance.

Saucony A5: 

Avec le succès que la A4 a eu au près des bloggeurs de Course à pied.ca, on est content de voir que cette chaussure revient, avec la même semelle, un haut plus léger (grâce à un matériel qui vient de leurs spikes) et avec un look beaucoup plus attirant.

MT 110:

Une chaussure de trail qui a déjà gagné le coeur de plusieurs blogueurs. On a entendu parlé de sa légèreté, mais surtout de son confort. Sera probablement une excellente chaussure pour les trails longs et mouillés, comme le XC de la vallée…

Félicitation à ces compagnies pour faire d’aussi bon produits. Les attentes sont hautes pour les chaussures 2012. Espérons seulement que l’attente en vaudra le coup. Pour être certain de ne pas manquer nos prochains review, suivez nous sur: FacebookTwitterDaily Mile ou Google +