Marathon de Boston – Tout sauf la course –

Lundi le 16 avril dernier s’est déroulé le marathon de Boston. J’y ai participé, pas pour performer à mon maximum, mais plutôt pour m’amuser et aider mon père à battre 3h37, soit son meilleur temps à Boston. Nous avons réussi notre mission (peut-être un récit qui s’en vient) malgré la température élevée. Tout ce qui touche à Boston est grandiose et mon objectif dans ce billet est de vous décrire le mieux possible ce que j’y ai vécu et de vous donner des trucs pour ceux qui iront.

La route

Boston est situé à 694 kilomètres de Québec. Nous sommes parti tôt samedi matin, avons mangé à Montréal et sommes arrivé à Boston pour souper. Nous avons mangé dans un restaurant que j’ai trouvé extraordinaire, Tuscan-Kitchen situé à Salem. Je ne suis pas un expert en restaurant, alors je vous épargne ma description et les détails, mais je vais juste dire que c’était probablement le meilleur restaurant où j’ai mangé. Salem est un choix avantageux pour ceux qui veulent visiter Boston. Trente minutes de route et vous êtes à Boston, pour un prix fort raisonnable.

Dimanche matin nous sommes parti vers la ville de Boston, avons passé sur le superbe pont dont je ne sais pas le nom et sommes arrivés à l’expo à 9h.

L’Expo

Le Marathon de Boston est probablement le marathon le plus connu au monde et l’expo est assez impressionnante. Plusieurs compagnies de chaussures profitent de l’occasion pour faire des préventes de chaussures qui ne sont pas encore officiellement sorties (Saucony Kinvara 3) ou pour sortir un modèle avec une couleur spéciale pour Boston (New Balance 890). 

C’est BIG. Juste le kiosque Adidas (commanditaire principal du marathon) est énorme. Justement, c’est un peu spécial que Adidas, une compagnie européenne soit commanditaire du Marathon de Boston, alors que New Balance a justement son siège social à Boston… L’argent n’a pas d’odeur

Juste pour donner les t-shirts medium pour homme, il y a une dizaine de bénévoles. Pas besoin de vous dire qu’en entrant à 9h (ouverture), on n’a pas trop attendu.

Ces bannières feraient super bien dans mon salon…

Brooks avaient un stand où ils faisaient courir les gens sur des tapis roulant pour ensuite leur montrer des vidéos à l’aide d’un Ipad. Ingénieux.

Évidemment, dans les expos, tout le monde veut vendre des produits et on se ramasse avec des tonnes de flyers et d’échantillons. Voici ma récolte:

En sortant de l’expo, nous avons rencontré un animateur de la compagnie Newton qui offrait des cliniques sur la technique de course. Je me suis dit que ça ne serait sûrement pas très intéressant, mais mon père semblait très intéressé. Finalement, ce fût une expérience extrêmement positive. La clinique était bien montée et l’animateur était intéressant. Il n’a pas essayé de nous vendre sa salade, mais plutôt essayé d’aider les participants à améliorer leur technique de course. Disons que j’ai eu de la facilité à faire les exercices, ce qui n’était pas le cas de mon accompagnateur. Je ne le savais pas à ce moment, mais l’animateur était une star. Il s’agit de Ian Adamson (que je ne connaissais pas). Il était au courant des plus récentes études et ce fût un vrai plaisir de discuter avec lui. Disons que j’ai été étonné des chaussures Newton et de voir qu’elles sont aussi populaires aux États-Unis alors que la marque est pratiquement inexistante au Québec. Est-ce que certains d’entre vous les ont déjà essayés? J’aimerais bien recevoir votre feedback.

Visite de Boston

J’adore les villes qui ont des services du style Bixi. C’est le cas à Boston et pour les voyageurs, c’est extrêmement pratique. C’est plus rapide que marcher, ça permet d’arrêter n’importe où et de visiter la ville sans être enfermé dans une auto. À Boston, ces vélos s’appellent Hubway et sont commandités par…. New Balance!

Une fois qu’on a un vélo, il faut quand même savoir s’orienter…

Nous avons eu besoin d’un GPS, d’un BlackBerry et des cartes situées dans la ville afin de trouver tout ce qu’on cherchait… Sauf que finalement, c’est en demandant à des passants qu’on a réussi à trouver le restaurant! J’ai trouvé la ville de Boston très jolie et je compte bien y retourner pour une « vraie » visite.

Les chaussures de course

Le minimalisme n’est plus une mode. Un bon pourcentage de coureurs avaient des chaussures de type racer ou minimaliste (et pas seulement la journée du marathon, aussi à l’expo et lors des échauffements du dimanche). Je pensais que Québec était la capitale du minimalisme… je n’en suis plus certain.

J’ai été surpris de la popularité des Newton. Je n’en avais jamais vraiment vu au Québec, alors que là, ils avaient peut-être 2-3 % du marché. J’ai aussi été impressionné de voir la quantité de Brooks dans les pieds des coureurs. Ces chaussures sont plus populaires aux États-Unis qu’ici. La Kinvara est un « hit » là-bas aussi… Peu de Five Fingers et… UN coureur pied-nu lors du marathon…

À Boston, tous ceux qui sont présents ont déjà couru un marathon et ont donc au moins un peu d’expérience… Eh bien! Ce n’est pas parce que tu as de l’expérience que tu ne fais pas de conneries, car j’ai vu au moins une centaine de marathoniens avec des chaussures neuves aux pieds. Je ne sais pas pour vous, mais il me semble que faire un marathon avec des chaussures avec lesquelles on a jamais couru, j’appelle ça une erreur de débutant (que j’ai déjà fait).

Au final, j’ai aimé le marathon de Boston, mais ce qui m’a le plus impressionné, c’est tout ce qu’il y a autour. La ville vibre au rythme de cet évènement incroyable. Les bénévoles prennent le succès de l’évènement à coeur et ça se voit… et ça s’apprécie!

Advertisements

4 réponses à “Marathon de Boston – Tout sauf la course –

  1. Bien content que tu as aimé ton expérience ..bravo . Merci pour ce billet interessant …

  2. Beau compte-rendu Daniel ! En passant, bravo à ton père qui a battu son meilleur temps à Boston dans cette chaleur infernale. J’imagine qu’il a été très motivé de courir avec son fiston.:)

  3. C’est en courant pendant 6 mois chaussé de Newton que ma foulée est devenue midfoot/forefoot. Je suis moi aussi étonné de constater une telle popularité de cette marque qui a du mal à franchir les frontières

    http://jahom.wordpress.com/2010/10/15/merci-qui-merci-isaac/

  4. Pingback: Retour d’Ottawa | Course à pied.ca

Laisse nous un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s