Fréquence de foulée et performance: ce dont vous n’avez jamais entendu parler

Hier après-midi, pendant que j’entraînais un athlète, j’ai eu une révélation. J’ai vu qu’il était fatigué et près de sa limite pendant l’intervalle et en même temps, je me suis rappelé cet article de Steve Magness qui parle de la fréquence de la foulée et de la performance. Dans son article il analyse la performance des 3 premiers coureurs lors du 10 000m lors des championnats du monde de 2007.

Le premier tableau décrit leur vitesse de course, le deuxième, leur fréquence de foulée et le troisième, la longueur de leur foulée.

Ce qu’on remarque, c’est que les 3 coureurs augmentent leur vitesse dans le dernier kilomètre, mais comment augmentent-ils leur vitesse?

Bekele (le gagnant), a eu une fréquence de foulée faible par rapport aux autres tout au long de la course. Dans le dernier kilomètre, sa fréquence a considérablement augmenté, mais sa longueur de foulée est restée sensiblement la même.

Sihine, le deuxième, a eu une fréquence de foulée stable tout au long de la course et a augmenté sa longueur de foulée dans la dernière portion de la course.

Mathathi, le troisième avait la fréquence de foulée la plus rapide et lors du sprint final, a descendu un peu sa fréquence de foulée pour augmenter sa longueur de foulée.

Qu’en retires-t-on? Qu’en état de fatigue avancée, on utilise le système qu’on a le moins utilisé pendant la course. Celui qui a une haute fréquence pendant la course allonge sa foulée. Celui qui a une faible fréquence pendant la course augmente la cadence en fin de course.

On fait quoi avec ça? Je ne sais pas exactement… Mon premier réflexe serait de pratiquer cela à l’entraînement. En faisant, par exemple, des 400m, je pense qu’il est probablement possible de se pousser un petit peu plus si on change de  »stratégie » dans les derniers 100m. Lors des longues sorties on pourrait varier la fréquence afin de solliciter les muscles et le système nerveux différemment. En course, je ne sais pas s’il vaut mieux garder le changement pour la fin (comme le font inconsciemment ces 3 coureurs) ou s’il est préférable de se forcer consciemment à changer de fréquence de foulée afin de  »changer le mal de place ».

Testerez-vous cette technique lors d’un prochain entraînement? Moi oui…

Advertisements

4 réponses à “Fréquence de foulée et performance: ce dont vous n’avez jamais entendu parler

  1. Patrick Hébert

    Pour ma part j augmente tjrs la longueur mes foulées a la fin des courses pour aller plus vite!!! Je savais pas que cetait si efficace :p Ça doit être pour ça que je suis capable de pousser bcp a la fin de compétition !!! lol

  2. Richard Mailloux

    Stratégie dont je n’avais jamais pensé en fin de course. Ça va être à l’essai assurément!

  3. Pingback: Start List/Liste de Départ: Spring Fling « Montreal Endurance

  4. Pingback: Comment bâtir votre propre programme – le coeur de la séance | Course à pied.ca

Laisse nous un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s